Travail au noir

durée 72'

mardi 14 avril 2015
à 21h00

Longtemps considéré avec sympathie comme une légère entorse aux règles, le travail au noir perd de plus en plus son côté folklorique pour devenir une industrie parallèle encombrante : lors d'un contrôle de l’ACOSS, 7% des salariés des entreprises concernées en étaient parties prenantes, et l’on estime à dix milliards d’euros par an le manque à gagner pour l’État sur les cotisations sociales non versées. Or, le profil de ces travailleurs évolue. La paupérisation grandissante liée à la crise amène de plus en plus de gens vers le travail au noir, au point que plus aucun secteur n’est épargné.Au-delà de ceux connus pour en employer (bâtiment, restauration…), l’on voit monter au firmament des sociétés faisant du « black » les sociétés de gardiennage, le service à la personne, les auto-entrepreneurs et les seniors aux retraites insuffisantes, condamnés à l’illégalité. Ceux qui en profitent changent aussi. Ce sont aujourd’hui les plus grosses « boîtes » qui mettent les mains dans le cambouis. Par le biais de la sous-traitance et de législations européennes complexes et faciles à contourner, les grandes entreprises, y compris les entreprises d’État, se retrouvent à utiliser des travailleurs « au noir ». Ces méthodes de travail qui se multiplient leur permettent à la fois d’accroître leurs profits et d’assurer à beaucoup un emploi, même sous-payé, même précaire.

Écrit, tourné et réalisé par

Cyril Denvers & Marie-France Barrier

Sur une idée originale de

Hubert Prolongeau

Montage

Olivier Ferraro & Véronique Leroy

Musique originale

Charlie Nguyen Kim

Production

Julie Guerrier

Rédacteur en chef

Stéphane Gabet